Les principales caractéristiques de l’opération

Le projet de transformation du centre de valorisation des déchets ménagers à Ivry-Paris XIII consiste en la création d’une UVOE composée d’une UVE, d’une UVO et d’une plateforme fluviale.

L’unité de valorisation énergétique

L’UVE est prévue pour traiter par incinération une quantité annuelle de 350 000 tonnes par an, soit 50% de moins que l’UIOM actuelle.

De 2023 à 2027, les déchets valorisés énergétiquement dans l’UVE seront intégralement composés des OMr du bassin versant d’Ivry-Paris XIII.

À partir de 2027 et à la mise en service de l’UVO, ces déchets seraient composés d’un mélange d’OMr et de déchets à haut PCI :

  • une partie composée de FCR préparée dans l’UVO, sur la base d’OMr en provenance du bassin versant ;
  • une partie d’OMr en provenance du bassin versant directement orientées en incinération ;
  • des déchets à haut PCI, en provenance d’autres installations situées sur le territoire du Syctom, dans une logique de fonctionnement en réseau des installations et de solidarité territoriale à l’échelle du Syctom.

L’UVO

L’unité de valorisation organique comprendrait deux installations :

  • la première serait une installation susceptible d’accueillir les biodéchets collectés séparément sur le bassin versant. Ceux-ci seraient conditionnés sur place puis transportés vers des installations de valorisation (par méthanisation et/ou compostage) extérieures au Syctom, avec retour à la terre. Pendant tout ce circuit, les biodéchets ne seraient pas mélangés avec les OMr,
  • la seconde consisterait en une installation de tri-préparation de FCR à partir d’OMr, qui aurait pour objectif de séparer les OMr en plusieurs fractions valorisables : FOr, métaux et FCR composée de déchets « secs » à haut PCI et non-recyclables en l’état actuel des techniques disponibles. La FOr serait transportée vers des installations de méthanisation extérieures pour être valorisée sous forme de biogaz. Le digestat serait ensuite enfoui et ne retournerait pas à la terre. Pendant tout ce circuit, la FOr ne serait pas mélangée avec les biodéchets collectés séparément.

Dans son ensemble, l’UVO serait conçue pour s’adapter à une augmentation des quantités de biodéchets collectés séparément sur le bassin versant.

La plateforme fluviale

Le projet comprend par ailleurs une plateforme fluviale en bordure de Seine, avec un portique pour la manutention des conteneurs. La plateforme fluviale serait reliée au centre par un tunnel permettant le transport par navettes des différents flux. Une zone de stockage serait intégrée dans l’emprise de l’UVOE pour la gestion de l’ensemble des conteneurs.

L’UVO fait actuellement l’objet d’études complémentaires et d’une concertation continue portant sur les caractéristiques des deux installations ainsi que sur les modes de transfert des produits qui feront l’objet d’une valorisation externe.

Cette poursuite des études et de la concertation sur l’UVO s’inscrit dans la délibération du Comité syndical du 26 janvier 2017 dans laquelle le Syctom a :

  • acté la décision de la CNDP avalisant la troisième phase de concertation post-débat public et incitant le Syctom à suivre les recommandations du garant en matière d’information et de participation ;
  • autorisé le Président du Syctom à déposer les demandes de permis de construire et d’autorisation d’exploiter pour l’UVE, avec quelques modifications techniques mineures, afin que la nouvelle unité soit en service en 2023 ;
  • approuvé les évolutions de l’UVO, discutées lors de la troisième phase de concertation post-débat public (suppression de la méthanisation sur site, augmentation de la capacité d’accueil des biodéchets, remplacement du traitement mécano-biologique) ;
  • accepté de poursuivre les études et le dialogue sur l’UVO, afin de définir précisément les caractéristiques des équipements nécessaires, et ce sans incidence sur le calendrier global de l’opération.

Calendrier, phasage et coût du projet

Le phasage du projet de transformation du centre de valorisation des ordures ménagères à Ivry-Paris XIII est lié à la nécessité de maintenir sur site une capacité de réception et de traitement des OMr pendant la construction de la future UVOE, afin de garantir la continuité du service public du traitement des déchets ménagers et de répondre ainsi à l’un des enjeux majeurs de l’opération.

L’espace contraint dans lequel s’inscrit le projet ne permet en effet pas de construire la totalité de l’UVOE en gardant l’UIOM actuelle en fonctionnement. La réalisation du projet est donc échelonnée en plusieurs phases :

  • 2018-2023 : construction de la nouvelle UVE en maintenant en exploitation l’UIOM existante ;
  • 2023-2027 : déconstruction de l’UIOM existante, construction de la nouvelle UVO, exploitation de la nouvelle UVE ; durant cette phase, la totalité des déchets du bassin versant seront réceptionnées sur site mais seules 350 000 tonnes pourront être valorisées par l’UVE, le reste devant être transféré vers d’autres installations de traitement ;
  • à partir de 2027 : exploitation de l’UVOE complète.

Le marché conclu avec le groupement IP13 conduit par Suez Environnement représente un coût d’investissement de 960 millions d’euros HT.

Le projet est intégré à la Programmation Pluriannuelle des Investissements du Syctom, financée au travers du produit de la redevance versée par les communes au Syctom afin de lui permettre d’assurer la mission de traitement et de valorisation des ordures ménagères.

S'inscrire à la newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter,
veuillez cliquer sur le bouton suivant :

S'inscrire