Les caractéristiques du projet

Une capacité totale réduite d’un quart et une capacité d’incinération réduite de moitié

Le projet est dimensionné pour réceptionner 544 000 tonnes de déchets par an dont :

  • 490 000 tonnes issues des collectes de déchets de proximité
  • 54 000 tonnes de matières dites « Combustibles Solides de Récupération » en apports extérieurs.

Le futur centre de valorisation des déchets ménagers se composera de deux unités de traitement sur place :

  • une Unité de Valorisation Energétique (UVE), d’une capacité d’incinération de 350 000 tonnes, permettant d’une part la production de vapeur destinée à la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) en charge du service public de fourniture de chauffage et d’eau chaude sanitaire, d’autre part d’électricité pour ses besoins propres et la revente au réseau de distribution d’électricité ;
  • une Unité de Valorisation Organique (UVO), permettant d’une part la séparation de la matière organique contenue dans les déchets ménagers et d’autre part le traitement des biodéchets collectés séparément sur le bassin versant.

Le dimensionnement retenu correspond à une diminution de capacité de près de 25% par rapport à la capacité autorisée du centre actuel.

Par ailleurs, la séparation de la matière organique contenue dans les déchets conduira à réserver à l’incinération la composante sèche et combustible des ordures ménagères, permettant de diminuer de moitié les tonnages incinérés et d’améliorer considérablement les conditions de combustion. Les quantités de rejets atmosphériques et de résidus d’incinération (REFIOM et mâchefers) s’en trouveront de fait sensiblement réduits. A noter que le Syctom a imposé au concepteur/constructeur/exploitant des niveaux de rejet deux fois plus exigeants que ceux requis par la Loi.

 

Un projet modifié suite à la 3ème phase de concertation post-débat public

La troisième phase de concertation post-débat public a fait apparaître un relatif consensus sur les adaptations du projet :

  • remplacement du TMB par un procédé plus simple de tri-préparation, permettant de séparer les déchets à fort pouvoir calorifique de la fraction organique résiduelle (qui ferait l’objet d’un traitement spécifique dans des installations extérieures au Syctom, sans retour au sol),
  • suppression de la méthanisation sur site et externalisation du traitement des biodéchets dans des installations extérieures au Syctom, par méthanisation et/ou compostage,
  • capacité d’accueil et de préparation accrue pour les biodéchets collectés séparément.

 

Les évolutions du projet actées par le Comité syndical

Lors du Comité syndical du 26 janvier, les élus du Syctom ont approuvé les évolutions du projet d’Ivry-Paris XIII. Avec cette délibération, le Syctom :

  • acte la décision de la CNDP avalisant la troisième phase de concertation post-débat public et incitant le Syctom à suivre les recommandations du garant en matière d’information et de participation,
  • autorise le Président du Syctom à déposer les demandes de permis de construire et d’autorisation d’exploiter pour l’unité de valorisation énergétique (UVE), avec quelques modifications techniques mineures, afin que la nouvelle unité soit en service en 2023,
  • approuve les évolutions de l’unité de valorisation organique (UVO), discutées lors de la troisième phase de concertation post-débat public (suppression de la méthanisation sur site, augmentation de la capacité d’accueil des biodéchets, remplacement du traitement mécano-biologique),
  • accepte de poursuivre les études sur l’UVO, afin de définir précisément les caractéristiques des équipements nécessaires, et ce sans incidence sur le calendrier global de l’opération.

Schéma récapitulatif des évolutions du projet

ImpressionCalendrier, phasage et coût du projet

Le calendrier et le phasage du projet doivent permettre d’assurer le maintien de la continuité du service public du traitement des déchets ménagers durant toute la phase des travaux.

Le calendrier prévoit donc les jalons suivants :

  • 2017 : dépôt des demandes de permis de construire et d’autorisation d’exploiter,
  • 2018 : démarrage des travaux de la nouvelle Unité de Valorisation Énergétique sur un terrain attenant à l’actuel centre, tout en maintenant en exploitation les capacités d’incinération de l’usine actuelle,
  • 2023 : mise en service industrielle de la nouvelle Unité de Valorisation Energétique, déconstruction de l’usine d’incinération existante puis construction de la nouvelle Unité de Valorisation Organique,
  • 2027 : mise en service de la nouvelle Unité de Valorisation Organique et exploitation de l’installation complète.

Le marché conclu avec le groupement IP13 conduit par Suez Environnement représente un coût d’investissement de 960 millions d’euros HT.

Le projet est intégré à la Programmation Pluriannuelle des Investissements du Syctom, financée au travers du produit de la redevance versée par les communes au Syctom afin de lui permettre d’assurer la mission de traitement et de valorisation des ordures ménagères.

 

Les partis pris architecturaux retenus

Le projet s’insère dans l’emprise actuelle du centre.

Son enveloppe et sa volumétrie reposent sur quatre grands principes :

  • une usine urbaine,
  • une usine lisible et ouverte,
  • une architecture intégrant le phasage de l’opération,
  • une enveloppe architecturale végétalisée.

uve-ivry_pt2

S'inscrire à la newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter,
veuillez renseigner votre email :